Pievi et communautés au XVIe siècle

Au début du XVIe siècle, avec la mort en 1511 du dernier seigneur souverain de la Rocca, Rinuccio Della Rocca, assassiné par Andrea Doria, toute l'île passe sous le pouvoir direct de Gênes.

En 1520, hormis les cités d'Ajaccio, Bastia, Bonifatio et Calvi, Gênes administrait la Corse avec les divisions existantes. À l'époque, l'île partagée entre l' en-Deçà des Monts et l' au-Delà des Monts, était déjà divisée en pievi et en "communautés", fiefs des seigneurs locaux du Cap Corse. 

Concernant le Cap Corse, en dépit du traité de Cateau-Cambrésis qui lui rend la Corse en 1559, Gênes doit s'emparer des fiefs les uns après les autres.

Déjà en 1487, le château de Nonza était détruit par les Génois qui voulaient se débarrasser des féodaux. (Le fief de Nonza disparaîtra en 1625 à la mort de Vincent II seigneur de Nonza décédé à l'âge de 100 ans).

En 1554, Gênes brûle le château de Canari et le village de Linaju.

En 1592, Augustin Doria s'empare du fief de San Colombano (Rogliano, qui incluait en 1520 les anciens fiefs de Cagnano, Centuri, Ersa, Meria, Morsiglia, Pino et Barrettali) appartenant aux da Mare, qui devient la provincia di Capo Corso, et impose l'administration génoise.

En 1599, la mort d'Alphonse seigneur d'Erbalunga verra la disparition de ce fief.

Le fief de Brando de 1336 à 1625, englobait Sisco-Pietracorbara, et même Canari (de 1506 à 1536).

Erbalunga village de l'actuelle commune de Brando forma entre 1438 et 1599, un fief minuscule qui fut un siècle durant, en guerre contre Brando. Erbalunga sera administré par Gênes dès 1599.

En 1625, les Génois prennent en main l'administration des fiefs de Nonza et de Brando qui n'existent plus que de noms. Seul subsiste le fief de Canari dont les droits de Paul de Gentile seront achetés par Gênes en 1641.

 

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Retour à l'accueil