Vers la plage du Lotu. Christophe Migeon / Le Figaro

Vers la plage du Lotu. Christophe Migeon / Le Figaro

AGRIATE, LA TRAVERSÉE DU DÉSERT.

 

Le désert de l'Agriate revient de loin.

En 1958, on envisage sérieusement d'en faire un site d'essais nucléaires, puis dans les années 1970, d'y construire un immense complexe hôtelier d'un millier de lits.

Le Conservatoire du Littoral siffle la fin de la récréation en 1979 en rachetant plus de 5 000 ha sur les 15.000 de ce pays d'escarpements décharnés ouverts aux quatre vents et aux invasions.

Un sentier littoral balisé de 35 km longe ce pays de transition entre Balagne et Nebbio.

Peu de temps après avoir quitté l'anse de Fornali, des vestiges de murets et de four à chaux rappellent que la région a été cultivée pendant des millénaires et que les colons génois en avaient fait leur grenier à blé.

L'hiver, les bergers du Nebbiu y menaient leurs troupeaux tandis que l'été, les agriculteurs du cap Corse débarquaient pour semer le blé et moissonner.

Il aura fallu tout l'acharnement de vents desséchants et d'incendies à répétition pour ruiner la fertilité de ces terres... et toute l'imagination de touristes anglais au début du XXe siècle pour en faire un désert.

Vue sur la tour Mortella, près de Saint-Florent. Jon Ingall 2016

Vue sur la tour Mortella, près de Saint-Florent. Jon Ingall 2016

Le sentier des douaniers file entre mer et maquis, entre criques alléchantes et enchevêtrement de genêts, entre clapot feutré et cistes chiffonnés par la brise.

Sur les branches tendues au bord du chemin, on reconnaît tour à tour les fraises à peines rougies des arbousiers, les baies violacées des myrtes, les petites drupes rubicondes des lentisques.

Après s'être rafraîchi les mollets au gué de la plage de Santu, le randonneur n'est plus qu'à dix minutes de la tour de la Mortella.

Dès le XVIe siècle, les Génois font construire une centaine de tours de guet sur l'ensemble du littoral afin de protéger les populations locales des raids des pirates barbaresques... mais aussi pour contrôler le mouillage des navires et prélever des taxes sur leurs marchandises.

La plage du Lotu à 1 km de là, parenthèse tropicale de sable fin et blanc, se révèle l'endroit idéal pour étendre sa serviette et oublier les déprédations de la perfide Albion.

DE ST-FLORENT À LA PLAGE DE LOTU : 

 

  • 13 km > 5h30 > +150 m/- 150 m > Balisage jaune > Carte IGN 4348 OT Bastia/golfe de Saint-Florent.
  • Départ : depuis le parking au bout de l'anse de Fornali accessible en 10 minutes par une piste à droite après la plage de La Roya à St-Florent. Point GPS départ : N 42°41'17'' - E 9°16'22.2'' .
  • Des bateaux font régulièrement la navette avec St-Florent pendant la haute saison (mai-septembre).
  • Sinon, faire demi-tour au débarcadère et reprendre le même chemin pour le retour.

Source : Le Figaro Voyage. Par Christophe Migeon.

Retour à l'accueil