JOYEUSE FÊTE DE PENTECÔTE.

JOYEUSE FÊTE DE PENTECÔTE.

La Pentecôte, c'est une histoire de feu.

Les disciples du Christ, réunis à Jérusalem, reçoivent - selon la tradition - «l'Esprit Saint» qui leur apparaît sous la forme de «langues de feu».

Ils n'ont plus peur de témoigner publiquement de Jésus.

Sans jamais les avoir apprises, ils se mettent à parler des langues étrangères.

Ce jour est considéré comme le jour de naissance de l'Église chrétienne.

FÊTE DE CHAVOUOT.

Mais, à l'origine, c'est aussi une fête juive.

Parce que si les apôtres étaient réunis à Jérusalem c'est qu'ils fêtaient la fête de Chavouot.

Elle commémore le don de la loi à Moïse.

Exactement cinquante jours après Pessa'h, la Pâque juive!

Et si en hébreu, chavouot, signifie «la fête des semaines», en grec ancien - qui se parlait aussi à Jérusalem - on disait pentêkostê qui veut dire «cinquantième».

Cinquantième jour après pâques.

LA RÉFORME PROTESTANTE.

La Réforme protestante, il y a cinq siècles, a mis en évidence la possibilité pour tout chrétien, d'être aussi inspiré par l'Esprit Saint et capable d'interpréter par soi-même la Bible.

Sans passer nécessairement par les canons de l'Église catholique latine et romaine.

LE PENTECÔTISME.

Cette place donnée à l'Esprit Saint dans la tradition protestante pour qui la fête de la Pentecôte est très importante, a repris beaucoup de vigueur au XIXe siècle avec l'apparition du mouvement pentecôtiste.

LA CONFIRMATION.

L'Eglise catholique a gardé un sacrement, souvent célébré à la Pentecôte: «la Confirmation».

Après le sacrement du Baptême, il marque pour les catholiques la «maturité» du croyant qui reçoit alors la «plénitude» de l'Esprit Saint.

Avec d'ailleurs, «sept dons» associés et abondamment commentés dans la spiritualité chrétienne: «la sagesse, l'intelligence, la science, la force, le conseil, la piété, la crainte».

LA TRINITÉ.

Éminemment chrétienne cette fête de l'Esprit Saint est aussi l'une des «personnes» de la «Trinité» selon la doctrine d'un Dieu en trois personnes, Père, Fils, Esprit-Saint.

Vision récusée par le judaïsme pour qui le Messie - toujours attendu - n'est pas le Christ.

Et conception blasphématoire de Dieu pour l'islam qui accuse le Christianisme de polythéisme.

Tout est lié en fait à la notion «d'incarnation» d'un «Dieu fait homme» : le Christ,  inadmissible pour l'islam.

Selon l'Evangile et la théologie chrétienne la plus ancienne après sa passion, sa mort, sa résurrection, son ascension, le Christ envoie son Esprit Saint sur ces fidèles, la Pentecôte.

Cet Esprit est souvent comparé dans la spiritualité chrétienne à un «souffle d'amour et de paix».

Source : Le Figaro. Par 

Retour à l'accueil