ANGELO MARIANI.

ANGELO MARIANI.

Fils aîné d'une famille de médecins et pharmaciens corses, Ange-François Mariani monte en 1859 à Paris où il devient préparateur de pharmacie dans une officine du boulevard Saint-Germain, en face de la Faculté.

Il est notamment responsable des toniques à base de quinquina.

Passionné par les études de Paolo Mantegazza sur les effets de la plante de coca et celles d’Albert Niemann qui isole à parti de cette plante la forme cristalline de la cocaïne, il met au point avec le docteur Pierre Fauvel (un des premiers médecins à utiliser la cocaïne pour ses propriétés anesthésiques), un « vin de coca ».

L'idée d'ajouter de la coca à du vin n'était pas nouvelle, bien que Mariani se soit attribué par la suite un rôle de pionnier.

Le jeune homme fait breveter la préparation qu’il baptisa « Vin Tonique Mariani à la Coca du Pérou », bientôt plus connue sous le nom commercial de « vin Mariani ».

La boisson est un énorme succès qui lui vaut la célébrité dans toute l'Europe : prescrit avec succès pour combattre la grippe, le vin se targue de soigner les affections nerveuses, l'anémie, l'impuissance.

Les ventes sont telles que Mariani ouvre sa propre pharmacie au 41, boulevard Haussmann.

Puis fait élever dans les années 1880 au 1042, rue de Chartres, à Neuilly-sur-Seine, une usine vouée à la transformation de la coca.

Le vin était commercialisé dans une bouteille de 50 cl : 60 g de feuilles de coca sont macérées dans de l'alcool (probablement du cognac), puis dans du vin de Bordeaux où est ajouté 6% de sucre.

Drogue légale vendue aussi bien dans les pharmacies comme médicament que dans les bars comme apéritif, son vin contient entre 6 à 7 mg de cocaïne dans chaque bouteille qui titre 14 à 17°.

En France, la version cocaïnisée du vin Mariani est inscrite pour la première fois au Codex pharmaceutique en 1884 et sera autorisée jusqu'en 1910.

Mariani meurt en 1914.

Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise.

Ses héritiers arrêteront la production du vin dans les années 1930.

Ils créent une nouvelle boisson appelée « Tonique Mariani » qui restera en vente dans les pharmacies jusqu'en 1963.

Source : Wikipédia.

Retour à l'accueil