Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Corse Images et Histoire

Corse Images et Histoire

Découverte de la Corse : ses paysages, sa Culture, son Histoire, sa Langue.

U TRAVU : L'USINE DE TANIN.

U TRAVU : L'USINE DE TANIN.

L'USINE D' U TRAVU : LE SOUVENIR DE L'EFFORT DE GUERRE.

Entre 1913 et 1918, on y fabriquait des produits chimiques par distillation de bois résineux. Ses grands murs d’enceinte sont encore bien visibles

Sur place, on l’appelle encore «l’usine de tanin ».

C’est en fait de l’acétate de chaux et de l’alcool méthylique qui y étaient produits par distillation de bois résineux entre 1913 et 1918.

L’usine de U Travu, dont les hauts et épais murs d’enceinte sont bien visibles à quelques mètres de la RT 10 et dont trois corps de bâtiment sont à peu près conservés, est l’une des nombreuses friches de la tentative d’industrialisation de la Corse du début du XXe siècle.

Si elle a alors suscité beaucoup d’espoir dans la population, elle n’aura duré que le temps d’une guerre.

Pour justifier l’arrêt de la fabrication, et donc la fermeture définitive de l’unité, ses administrateurs ont prétexté « le manque de main d’oeuvre indigène et l’insuffisance des prisonniers ».

Beaucoup d’habitants des communes de Vintisari, Chisà et U Sulaghju y ont pourtant travaillé, dans des conditions souvent extrêmes.

Des femmes et même des adolescents qui n’ont pas vraiment eu d’autre choix, pendant que leurs époux, pères et frères étaient partis au front, que les terres étaient à l’abandon et que la misère menaçait.

Aujourd’hui encore, dans les villages, les histoires et les anecdotes liées à cette usine et à ses ateliers reviennent dans les conversations.

Des épisodes racontés par des pères, des grands-pères ou des arrière-grands-parents et conservés dans la mémoire collective...

Participation à l’effort de guerre

Pour la petite histoire, c’est un ingénieur des Arts et manufactures d’origine corse, Jean Bonavita, qui est venu repérer les lieux en 1913.

Administrateur délégué de la société anonyme Compagnie industrielle de la Corse, il trouve dans la plaine de Vintisari le lieu idéal.

L’usine et son barrage sont rapidement édifiés, à proximité du pont du Travu.

En 1915, l’usine produit 12 tonnes d’acétate de chaux et trois litres d’alcool méthylique par mois. Il est alors envisagé de doubler la fabrication en créant un second four.

En 1917, la société signe un marché avec le service de l’aéronautique pour la fourniture de 600 tonnes d’acétate de chaux.

Mais rapidement, après seulement quelques livraisons, ce marché est suspendu et tous les projets de développement de l’établissement définitivement stoppés.

Depuis, seules ses ruines témoignent d’un passé qui aurait pu être glorieux.

Et le mot ici n’est pas usurpé puisque l’unité de production de matières chimiques de Travu est l’une des seules en Corse à avoir participé à l’effort de guerre.

Du moins, elle l’a tenté.

Aujourd’hui frappés par le problème de l’indivision, les vestiges des bâtiments et des installations, implantés sur un terrain de quelque quatre hectares, ne sont plus qu’un élément du paysage.

Que l’on continue à appeler « l’usine de tanin ».

Source : Corse Matin

Photo Stéphane Gamant.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article