Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Corse Images et Histoire

Corse Images et Histoire

Découverte de la Corse : ses paysages, sa Culture, son Histoire, sa Langue.

TÉMOINS D'HIER : LES CHÂTEAUX D'EAU. QUE D'EAU ! QUE D'EAU !

TÉMOINS D'HIER : LES CHÂTEAUX D'EAU.  QUE D'EAU ! QUE D'EAU !

TÉMOINS D'HIER : LES CHÂTEAUX D'EAU.

QUE D'EAU ! QUE D'EAU !

Les locomotives à vapeur ont toujours été des dévoreuses de kilomètres, de charbon et d’eau. Le menu était peu varié mais combien copieux.

Le travail d’une locomotive, c’est bien connu, résulte d’une série de transformations mécaniques dont l’origine est le travail de la vapeur.

Tout dépend donc de la faculté de vaporisation de la chaudière et de l’état du mécanisme.

Il est bon de savoir qu’une locomotive, remorquant un express à du 60 km/h, consommait 66 kg d’eau au km, soit 4 tonnes/ heure.

De son côté, une locomotive tractant un train de marchandises à 25 km/h, consommait en moyenne 126 kg d’eau par km, soit 3 tonnes à l’heure.

Cette différence de consommation d’eau était fonction de la surface de chauffe totale.

JPEG - 118.9 ko
Un gros éléphant noir, assis au bout du quai, en profita pour me cracher un peu d’eau sur la tête par sa trompe pendante.
G. DE PAWLOWSKI.

 Châteaux d'eau

Pour étancher la soif des « vapeur », on installait dans les gares des réservoirs, baptisés somptueusement du nom de « châteaux d’eau », où le précieux liquide, soutiré d’une rivière ou d’une source proche, était stocké pour être distribué dans les grues ou colonnes hydrauliques, destinées à approvisionner les tenders des locomotives.

La capacité du réservoir du tender étant limitée, il était indispensable que le trajet des locomotives « vapeur » - donc des trains - fût jalonné de grues où pouvoir reconstituer leur réserve.

Source : Paul Pastiels., rixke.tassignon.be

Photo : Augustin Chiodetti.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article