Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Corse Images et Histoire

Corse Images et Histoire

Découverte de la Corse : ses paysages, sa Culture, son Histoire, sa Langue.

ANTOINE-BAPTISTE RINIERI DIT TOTO.

ANTOINE-BAPTISTE RINIERI DIT TOTO.

ANTOINE-BAPTISTE RINIERI DIT TOTO.

Trafiquant d’or et d’oeuvres d’art, ami des stars d’Hollywood, retour sur un Corse à la vie hors normes

<< Toto est né en 1920 à Aleria.>>

C’est par cette phrase terriblement banale que Jean-Louis Rinieri, avocat honoraire du barreau de Bastia, entame le récit extrêmement attrayant de la vie de son oncle, Antoine- Baptiste Rinieri, dit Toto.

Ses innombrables facéties d’enfance (il raconte à qui veut l’entendre qu’il est le fils d’un prince russe !), font vite comprendre à ses parents qu’ils ont engendré un personnage hors du commun.

Affectueux mais dispetosu, vif d’esprit mais cancre à l’école, il se montre d’une incroyable générosité toute sa vie... Sauf pour payer ses factures.

Entre dandy et bandit, Toto a mis à profit ses nombreux mais brefs séjours en prison pour dévorer les livres. Doté d’une mémoire exceptionnelle, il pouvait réciter par coeur tous les rôles shakespeariens d’Hamlet. Mis aux fers à vingt ans pendant l’Occupation pour avoir couché avec la femme d’un général italien puis en Algérie pour vol et désertion, il écope de 13 mois et l’équivalent de... 10 millions d’euros d’amende pour trafic d’or, de monnaie et d’oeuvres d’art en 1950.

Puis, c’est aux États-Unis qu’il est incarcéré, comme on le verra. Enfin, de retour en Corse, il effectue un ultime séjour à la prison Sainte- Claire, à Bastia, pour avoir blessé d’un coup de feu un plombier à la facture trop salée à son goût.

Proche d’Audrey Hepburn il loge à... Sing-Sing

La séquence américaine est la plus forte de ces mémoires. Toto multiplie les allers-retours en Amérique pour transporter clandestinement les oeuvres d’art interdites à l’exportation par la loi Malraux.

En 1962, il roule en Bentley, fréquente le tout Hollywood. Gregory Peck et Peter O’Toole ? Ses amis. Audrey Hepburn ? Il l’escorte dans tous ses voyages !

La police française le surveille. Il côtoie des frères corses qu’elle soupçonne d’inonder les États-Unis d’héroïne et le signale à un bureau des Narcotics obsédé par la French connection - en réalité largement une Corsican connection. En juin 62, voici Toto séjourneant au prestigieux Hôtel Pierre, sur la Cinquième avenue de New York. La police américaine fi le ce fl ambeur à la mallette bourrée de dollars.

Elle le laisse embarquer pour l’Europe puis ordonne au pilote de l’avion de faire demitour. Au dernier moment, le juge espère des aveux de son implication dans le trafi c de drogue. Il lui pose deux questions: d’où vient l’argent en sa possession et à qui est-il destiné ? Toto se tait sans même se réfugier (une énigme pour son neveu) derrière le cinquième amendement de la Constitution.

Il est condamné à six mois de prison pour « contempt of court », l’équivalent d’un outrage à magistrat. Toto purgera sa peine à Sing-Sing et fera la Une de tous les journaux. À sa sortie, il engage deux procédures. La première contre l’État fédéral pour récupérer l’argent saisi, la seconde contre les grands journaux américains pour diffamation. Il gagne sur les deux... tableaux ! Puis achètera des actions IBM et, lorsqu’il rejoint son neveu à Genève fin 66, il possède l’équivalent de 58 millions d’euros.

Son plus gros coup ? Le sommet de sa carrière, à 46 ans. La fin de Toto est plus triste. Il a dilapidé son argent au jeu, s’est ruiné dans des séjours sans fin à l’Hôtel de Paris à Monte-Carlo.

Fin 1967, il a même été enlevé dans son appartement parisien. A-t-il versé une rançon ? On l’ignore, mais en revanche tous ses ravisseurs ont été retrouvés morts. Partageant sa vie entre Bastia et Aleria, il va lentement décliner jusqu’à devenir le clochard lettré à la répartie géniale du Café des Palmiers.

Et mourir en décembre 2014. Pauvre. Apparemment. Impossible, toujours aujourd'hui, de lever le secret de ses comptes suisses.

Source : Jean-Louis Rinieri, Corse Matin.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article