Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Corse Images et Histoire

Corse Images et Histoire

Découverte de la Corse : ses paysages, sa Culture, son Histoire, sa Langue.

L'ADDEVU DI I VACCINI.

L'ADDEVU DI I VACCINI.

Depuis leur domestication, vaches et taureaux nourrissent mythes et légendes. Dès l’Antiquité ils tiennent une place importante dans les panthéons du monde. Le taureau est un symbole de puissance, de virilité, de force. Ainsi dans l’Egypte ancienne le dieu Apis est représenté sous la forme d’un taureau. La civilisation minoenne (Crète) quant à elle, a développé un culte mystique de cet animal : les taureaux sont sacrifiés lors de grandes cérémonies. Des jeux tauromachiques où l’homme se confronte à la force de l’animal sont également organisés. Il est aussi très présent dans les religions grecques et romaines. Zeus lui-même se transforme en taureau pour séduire la belle Europe... Le bœuf est lié au travail des champs et est donc considéré comme un animal sacré. Le taureau avait un très grand rôle dans le bestiaire sacré des Celtes. Ils associaient le dieu taureau au ciel, à l’orage et au chêne. Le culte du taureau antique sera peu à peu anéanti par la religion chrétienne. Symbole de la sexualité, de la puissance virile, le christianisme a combattu les cultes tauromachiques (dont notamment celui de Mythra). Dans la Bible, le taureau est donc assimilé à une créature vile, qui a donné ses attributs au diable : cornes et pieds fourchus. Au taureau donc, le christianisme a préféré le bœuf. Il représente la douceur, la force de travail, l’obéissance. C’est bien d’ailleurs un bœuf que l’on retrouve aux côtés du nouveau-né Jésus dans la crèche. Quant à la vache, son culte est définitivement lié à son caractère maternel. Elle est donc universellement associée à la création, à la maternité. Ainsi en Scandinavie, un mythe raconte que la vie terrestre aurait été engendrée par la libération d’une vache emprisonnée par les glaces. La vache, figure de la mère nourricière prend les traits d’Hathor (elle symbolise la création, la matrice universelle) dans la religion égyptienne, c’est elle qui allaite Pharaon. " Nout ", déesse du ciel et des morts peut aussi prendre des attributs bovins. Dans l’antiquité gréco-romaine, la vache n’est pas véritablement élevée pour son lait, on lui préfère le lait de chèvre ou de brebis. Elle est surtout élevée pour donner des veaux : les bœufs servaient ensuite aux sacrifices.

Texte Conseil Général 63. Photo : Corsica Drone.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article